Devis mutuelle communale
Pour Obtenir votre devis, cliquer sur l'onglet rouge

Votre commune est partenaire de notre association.

 Pour bénéficier de vos avantages:

- Tarifs et Garanties négociés auprès de nos différents partenaires

Pas de questionnaire médical

Première année d’adhésion à l’Association pris en charge par nos partenaires assureur

 - Prise en charge des démarches de résiliation de votre ancienne mutuelle

 Mise en place d’actions de prévention, de soutien, d’accompagnement et d’aides aux Assurés à travers un                                                                                                    Fonds d’Actions Solidaires


Association Armoric Santé

Association à but non lucratif de défense des intérêts des administrés des communes du grand ouest.

Le but de l'association est de proposer et conclure en faveur de ses membres adhérents tous types de contrats de mutuelle santé communale collective, à des conditions avantageuses.

Plus nous serons regroupés et plus nous pourrons ensemble bénéficier des meilleurs tarifs possibles.

L' objectif premier est de négocier auprès des mutuelles pour les administrés des communes partenaires le meilleur contrat au meilleur prix, avec un minimum de 15% de réduction.

 

Que l'on soit senior, TNS, ou étudiant et qu'on réside en Bretagne ou dans les Pays de la Loire dans une de nos communes partenaires; on peut bénéficier de notre tarif mutuelle communale négocié auprès des mutuelles.


Association mutuelle communale
Association mutuelle communale

Demandez à votre mairie de bénéficier du tarif mutuelle communale de notre association ou contactez nous par email à l'adresse suivante

contact@mutuellecommunale.org

En un peu plus d’un an, Alain Thomassin et les bénévoles de l’association ont réussi à fédérer plus de 300 familles autour de leur projet.
En un peu plus d’un an, Alain Thomassin et les bénévoles de l’association ont réussi à fédérer plus de 300 familles autour de leur projet. (Loïc Berthy
Elven, Saint-Nolff, Plescop, Grand-Champ… De plus en plus de communes mettent en avant des mutuelles collectives avantageuses pour tous ceux qui ne sont pas salariés dans le privé. Certaines ont fait appel à l’association d’Alain Thomassin, Armoric santé prévoyance.

Alain Thomassin est un retraité actif. Depuis 2017, cet habitant de Berric va de commune en commune pour inciter les élus à mettre en place une mutuelle collective au bénéfice de leurs administrés. Avec un groupe d’amis, il a créé Armoric santé prévoyance, une association à but non lucratif dont le siège est à Arradon et qui joue sur le nombre pour proposer des mutuelles à prix compétitif. « J’ai eu un pépin de santé qui m’a amené à être hospitalisé pendant un moment. C’est à cette occasion que j’ai rencontré pas mal de personnes qui avaient une mauvaise couverture santé. J’ai eu l’idée de faire une démarche collective auprès des mutuelles. C’est quelque chose qui me tient à cœur. Je n’en retire aucun bénéfice. On ne se conçoit d’ailleurs pas comme des marchands de mutuelles, mais comme des conseillers ». Selon une étude de la CPAM, un quart des Morbihannais renonceraient à certains soins faute de moyens. « Et il y a des gens qui n’ont purement et simplement pas de mutuelle. Ce n’est pas un choix de leur part, ils sont démunis, mais le risque qu’ils prennent est énorme : un jour d’hospitalisation, c’est 3 à 400 € ! »


« Il y a une attente »


Courant 2017, donc, Alain Thomassin rameute autour de lui une vingtaine de personnes, des amis et des habitants de Berric. « Mais ce n’était pas suffisant pour peser sur les mutuelles. J’ai commencé à démarcher les mairies pour qu’elles jouent les intermédiaires avec les habitants ». Il n’en a pas fait l’inventaire précis, mais le Berricois pense avoir rencontré les maires d’une soixantaine de communes dans le Morbihan. Maintenant, dix sont partenaires d’Armoric santé prévoyance. Grand-Champ et Locqueltas les ont rejointes récemment. « On n’invente rien parce que beaucoup de communes se sont déjà lancées sur cette voie. Mais il y a une attente, à en croire le nombre de personnes qui sont venues à nos réunions sur le sujet », explique Yves Bleunven, le maire de Grand-Champ. Alain Thomassin a l’allure d’un croisé. Non content d’écumer les routes du Morbihan, il est aussi allé dans le Finistère, où six communes ont maintenant adhéré à son projet, et commence à prospecter en Ille-et-Vilaine.


300 foyers adhérents

« On a un peu plus de 300 foyers adhérents. Notre objectif est d’atteindre un millier d’adhésions. Les profils sont très différents. Il y a des jeunes, des personnes âgées, des chômeurs, des actifs. On travaille avec trois mutuelles, pour pouvoir proposer des contrats adaptés au maximum de situations. Mais tous les ans, on remettra les choses à plat, pour proposer de meilleures prises en charge et obtenir de meilleurs tarifs. On n’est pas lié aux mutuelles avec lesquelles on travaille ». Dès 2015, Saint-Nolff a proposé une mutuelle collective à ses habitants. Son choix s’est porté sur Actiom, une association née de la volonté d’élus du Sud-Ouest de faire baisser les prix grâce à une demande groupée d’habitants. Actiom est en quelque sorte la (très) grande sœur d’Armoric santé et prévoyance avec des conventions passées auprès de plus de 2 500 mairies. « On avait fait le constat que certains habitants n’avaient pas de mutuelle ou payaient des prix exorbitants, surtout les personnes âgées. On a vu des personnes diviser par deux leurs cotisations », témoigne Maud Penpénic, l’adjointe aux affaires sociales de la commune. Treffléan et Sulniac ont depuis suivi l’exemple de Saint-Nolff.


Pratique
Armoric santé prévoyance, tél. : 06 03 08 99 98.

Mutuelle communale
Mutuelle communale

 Comme dans beaucoup de communes, une partie des habitants ne peut, faute de moyens, adhérer à une mutuelle.

Au niveau national, on estime que 18% de la population se contente des plafonds de remboursement de la sécurité sociale, très bas dans de nombreuses spécialités, notamment l’optique, l’auditif ou le dentaire. Et faute de mutuelle, ils se soignent mal, voire pas.

A cela les causes sont multiples, précarité, baisse du pouvoir d’achat, chômage, isolement, faibles retraites etc. Par ailleurs, on constate que le taux de décès prématurés (avant 65 ans) serait fortement réduit par des actions de prévention, de dépistage et de prise en charge rapide.

Depuis le 1er janvier 2016, les employeurs ont l’obligation de proposer une complémentaire santé à tous leurs salariés.

 

Cette mesure gouvernementale est insuffisante car elle ne garantit pas un accès aux soins pour tous. Les salariés en CDD, à temps partiel ou en intérim, les retraités, les chômeurs, les professions libérales, les travailleurs non-salariés, les étudiants... restent confrontés aux mêmes difficultés.

 

 À nos yeux, une municipalité, quelle qu’en soit l’importance, ne peut rester les bras croisés face à ce constat.